Au-delà de la culture maraîchère… la culture de l’effort

Chers amis de Défi Jeunesse QUÉBEC,

Depuis 1986, toute l’équipe de Défi Jeunesse Québec s’investit jour après jour pour que nos étudiants s’appliquent à s’engager et à développer une culture de l’effort afin qu’ils prennent confiance en leur potentiel et en leurs capacités à faire quelque chose pour quelqu’un, et ce malgré le fait que la culture du moindre effort soit omniprésente dans notre société.

Défi Jeunesse Québec est un centre d’entraînement à l’effort continu, dans la liberté, l’engagement et la joie. Un effort qui anticipe un résultat, une satisfaction et une meilleure estime de soi. Un effort qui garantit, qui commande, qui produit et qui nous porte vers une meilleure écoute, une meilleure façon de s’exprimer, de faire et de servir.

Si nos yeux ne voient pas plus loin que l’effort, comment croire qu’il engendrera la constance, la continuité et la persévérance ? En soi, l’effort doit nous per­mettre d’apercevoir, de voir, d’espérer et de croire aux résultats, à la satisfaction et aux délices anticipés. L’effort prendra sa source, son inspi­ration, sa motivation, sa capacité et sa passion dans la vision qu’il aura fait naître, nourri et développé et se traduira par le don de soi à travers une vocation, une invention, une mission, un projet personnel ou de société.

La raison d’être de Défi Jeunesse Québec n’est pas seulement d’aider les pauvres, les toxicomanes et les sans-abri; ça tout le monde peut le faire, mais de les regrouper afin qu’ils trouvent un sens à leur propre vie. Voilà ce qui fait écho à notre cœur.

Peu de personnes prennent le temps de s’arrêter et de réaliser la force tranquille cachée dans le chômeur, l’assisté social, le démuni et l’aîné mis au rancart. Peut-être n’y voyez-vous qu’une portion peu utile, voire inutile, de la population.

Nous à Défi Jeunesse Québec, nous choisissons de croire qu’il y a une capacité cachée dans chacune de ces personnes qui, mises ensemble, fera une différence remarquée pour notre village, pour notre région et pour notre province.

Que cette région puisse se mobiliser pour devenir le garde-manger des démunis du Québec ne tient pas seulement à la qualité de la terre que nous cultivons, mais bien davantage à la conviction profonde et à la consécration absolue de ceux et celles qui croient dans ce projet audacieux de donner aux plus petits la possibilité de se lever et de marcher pour les autres et pour eux-mêmes.

Nous avons besoin de vous. Un gros merci à tous ceux qui choisissent d’être là, de sortir de leur zone de confort et d’oser aller au-delà des mots.

Ronald Lussier,
Directeur général

Uncategorized

Moissonneurs Solidaires – Bilan des activités 2008-2009

Production

Carottes 142 253 lbs
Navets 41 604 lbs
Choux 18 310 lbs
Maïs 10 648 lbs
Oignons 12 159 lbs
Fèves 474 lbs
Betteraves 4 385 lbs
Courgettes 4 154 lbs
Patates 2 679 lbs
Choux chinois 4 200 lbs
Citrouilles 1 488 lbs
Grand total 242 354 lbs

Plus de 7 754 heures ont été investies par les travailleurs volontaires de Défi Jeunesse Québec au maraîcher, à la cons­truction de caissons, à l’entretien de la machinerie, à la préparation des légumes ainsi qu’à la livraison aux banques alimen­taires. Nos déplacements reliés directement aux activités des Moissonneurs Solidaires totalisent 25 795 km. La distribution est assurée par les banques et les comptoirs alimentaires, tel que Moisson Québec, Entraide Ste-Croix, ainsi que la Corporation de Solidarité en Sécurité Alimentaire de Lotbinière.

Principaux partenaires

  • Moisson Québec
  • Fondation Dufresne Gauthier
  • Fondation L’Oeuvre Léger
  • Fondation Saison Nouvelle
    (Pelouse Richer-Boulet)
  • Financement Agricole Canada
  • Pierre Plaisance
    (Maraîcher Pierre Plaisance)
  • Jean-François Lemay (COOP de Parisville)
  • Michel Neault (H. M. Métal)
  • Vêtements J. Clément
  • Famille Pître

Défi Jeunesse Québec, une référence !

Une délégation du centre Défi Jeunesse de Winnipeg s’est rendue à Lotbinière mercredi le 23 septembre 2009 pour s’en­ quérir du fonctionnement des Moissonneurs Solidaires.

Comment peut-on, avec des étudiants jugés non-fonctionnels en société et avec l’aide de dirigeants non-formés en culture maraîchère, réussir à livrer plus de 100 tonnes de nourriture aux pauvres ?

Avons-nous la capacité de notre rêve de devenir le garde-manger des pauvres du Québec ? La réponse c’est oui. La condition c’est ensemble, d’un même cœur, d’une même pensée, avec une série d’actions concertées visant un résultat concret et s’assurant d’une gestion simple, souple et efficace.

La réponse est dans la mobilisation des ressources qui, de par leur mission, leur appel ou leur cœur, désirent un tel résultat, soit de nourrir ceux qui ont faim.

Un agronome compétent, un maraîcher expérimenté, une terre fertile, un centre de distribution alimentaire efficace, beau­coup de volonté, de détermination, d’en­ ga­gement et de discipline de la part d’une équipe de jeunes adultes qui carburent à l’idée de faire du bien à tous ceux qui sont dans le besoin, voilà la recette de la réussite spectaculaire des Moissonneurs Solidaires.

Cet échange d’ex­pertise avec l’équipe du Manitoba a été plus que salutaire pour les deux groupes, qui se doivent d’innover dans la manière d’amener tous ces mendiants d’espoir, d’écoute et d’attention à mieux se connaître, à grandir et à devenir des citoyens responsables dans cette société qui a désespérément besoin de modèles.

Ronald Lussier,
Directeur général

Lettre à mon grand-père

Salut mon cher grand-papa,

Je t’envoie encore, bien fidèlement, le montant que j’ai prévu t’envoyer mensuel­lement pour la dette que je te dois. J’en profite pour t’écrire, pour te dire des choses que j’ai envie de te partager et que je ne pour­rais pas te partager au téléphone en 15 minutes… Grand-papa le message qui va suivre, tu l’as peut-être déjà entendu, mais lis-le, simplement parce que c’est un témoignage de mon amour pour toi. Je veux te partager ce que j’ai de plus précieux dans cette existence parce que je t’aime. Considère que ces mots envers toi ont plus de valeur à mes yeux que l’argent que je t’envoie.

Je sais grand-papa que tu étais prêt à tout effacer ma dette… En fait, tu l’as déjà fait à maintes reprises dans le passé et cela n’a pas porté fruit… Je ne me base pourtant pas sur mes expériences passées pour prendre mes décisions aujourd’hui. Non, mon fondement est plutôt Christ. C’est-à-dire demeurer en Lui en l’honorant, en Lui obéissant, non pas par contrainte, mais parce que Dieu m’aime et moi aussi je L’aime. Je Lui fais confiance et seul Lui sait réellement ce qui est mieux à faire… Et, dans ce cas-ci, j’ai choisi d’obéir à Dieu, car c’est Lui qui m’a conduit à faire cette démarche de remboursement auprès de toi. J’obéis parce que j’aime le Seigneur et je sais que chaque chose que je fais en accord avec Sa volonté contribue à l’avancement de son plan, celui de répandre Son amour parmi les nations, parmi les familles aussi… Car oui, grand-papa, je crois que Dieu est assez grand et aussi assez petit pour entrer dans le cœur de chaque personne, même le tien aussi…

Mais chacun de nous a le choix de le laisser entrer ou de passer à côté. Dieu nous a laissécette liberté de l’aimer… ou de l’ignorer…

Je vis la vérité présentement, grand-papa.

Je la déguste et bien qu’elle ne soit pas nécessairement facile à vivre, elle me donne une paix, une assurance que si demain je meurs, je sais où je vais, je sais avec qui je vais : Jésus !

Je tiens à te remercier grand-papa pour ton amour envers moi. Pour toute la patience, la tolérance, la générosité et la compassion que tu m’as témoignées. Pour toutes ces dettes que tu as effacées. Pour toutes ces méchancetés de ma part que tu as oubliées.

Merci grand-papa pour ta bonté.

Jésus a fait comme toi ! Mais il n’a pas simplement effacé une dette matérielle. Il efface mes péchés, me pardonne, oublie mes fautes et me donne Son amour en échange. Cela suppose donc que je dois Lui remettre ma dette et demeurer en Lui. Car ce qui est imparfait (l’homme) ne peut entrer en présence de ce qui est parfait selon la justice de Dieu… Mais merci Seigneur, Christ a payé la dette à notre place en prenant la liberté d’un homme et se sacrifiant pour nous, mourant, souffrant à notre place.

Grand-papa je t’aime, et je ne veux surtout pas passer à côté de cette occasion de te partager ce trésor que j’ai découvert… Ce Jésus qui sauve, qui guérit, qui bénit et fait renaître, Il est aussi présent pour toi…Grand-papa il ne te reste pas beaucoup d’année à vivre, c’est la réalité. Je ne peux te forcer, Dieu ne le veut pas non plus, mais désormais tu es conscient de son désir et aussi du mien pour toi, considère-le donc. Croire en Christ signifie se confier en Lui, se donner à Lui. Comme un homme le fait avec une femme quand il choisit de prendre sa main et de vivre avec elle.

Sache que je prie pour toi, pour que ce message entre dans ton cœur avant qu’il soit trop tard, quoi que la famille ou les autres puissent en dire autour de toi… Je prie aussi pour eux, mais en particulier pour toi… Je sais que ce sujet te rend mal à l’aise, parce qu’il nous sort de notre confort, de la réalité qu’on a acceptée de croire, de vivre, bien qu’elle ne soit pas véritable…

Sur ce, je te laisse. Sache que je continuerai à te respecter et à t’aimer peu importe la façon dont tu réagiras à ce message… Au plaisir de te reparler grand-papa, salut !!!!

Jean 3 :16 : « Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en Lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle !»

Vois l’amour de Dieu qui a osé s’abaisser en prenant une forme humaine et en se laissant mépriser par amour pour nous!!! Il est digne d’être adoré !!! Voilà la raison pour laquelleje vis aujourd’hui !!!

— Extrait d’une lettre d’un étudiant à son grand-père

Compte rendu du tournoi annuel de golf 2009

C’est sous un ciel parfaitement enso­leillé que s’est déroulée la 7 ième édition du tournoi de golf bénéfice. Cent vingt-quatre (124) golfeurs en ont profité pour faire valoir leurs talents, certes, mais surtout pour contribuer à l’oeuvre de Défi Jeunesse Québec. Pour les non-golfeurs, un souper bénéfice était également offert, de telle sorte que près de 200 repas, totalement bœuf, ont été servis. Tout au long du repas de nombreux prix de présence ont été attribués, pour culminer en fin de soirée avec le tirage d’un forfait de pêche et d’un écran « plasma » 42’’, gagnés, non sans efforts, par messieurs Jacques Laroche et Jacques Robitaille.
Techniquement, l’équipe gagnante du tournoi fut celle composée de messieurs François Cloutier, Robert Côté, Jean Morin et Yves Néron. Nous croyons cependant que les vrais gagnants sont chacune des personnes présentes en soirée, parce que bénies par les chants de l’ensemble vocal de Défi Jeunesse Québec et touchées par les témoignages émouvant d’étudiants transformés.
Merci à tous les participants et commanditaires qui ont permis d’amasser, cette année encore, un montant net de l’ordre de 16 000 $ pour continuer l’œuvre.
12